(Serveur fermé)
 
AccueilWikiS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Milad Pejman - Du passé au présent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Milad Pejman, Dashnir

avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 04/10/2016

MessageSujet: Milad Pejman - Du passé au présent   Ven 4 Nov - 11:57

Prémices


Sachez que mon nom n’a que peu d’importance dans ce récit, vous entrerez dans le rêve d’un homme, celui d’apporter une paix, une médiation dans les conflits parcourant ce monde. Nous pourrions être perçus comme un groupe de mercenaire, si seulement nous acceptions paiement en échange de nos aventures.

An 705, les Dieux semblaient toujours en notre faveur et sous le regard d’Elyel, mes parents, Ansgard, eurent l’enfant unique qui naitra durant le rude hiver, en campagne de Valacirca. C’étaient de bons vivants, je n’aurais jamais rien eu à leur reprocher et c’est surement moi qui ai dû leur causer tant de chagrin et de soucis au fil des années, surtout à la fin. Mon père était fermier, rien de plus standard, aucune aptitude au combat et ma mère éduquait de façon générale les nouvelles générations sur l’écriture, la lecture et les bonnes manières.

An 719, le printemps apportait son renouveau et nous commencions à préparer la terre, mon père et moi. Des gens de l’Arcaneum de Valacirca circulaient entre les fermes pour venir rencontrer les diverses familles. Je me souviens que cela intriguait beaucoup mes parents, car Valacirca, outre une présence armée faible, des patrouilleurs de base, on y voyait beaucoup moins la présence de ses divers mages. Notre tour finit par arriver, deux membres passèrent l’antre clôturé de notre terrain. Ils allèrent discuter avec mon père pendant un moment et suivant un hochement de tête, l’eladrin et le sylvain s’approchèrent de moi. Pris de curiosité, je les regardai m’analyser en silence. Ils m’expliquèrent finalement leur présence, ils cherchaient différents nouveaux talents, possédant des capacités enfouies avec la magie pour agrandir leur rang et servir la Valacirca. J’avais finalement, une invitation officielle pour des tests dans la cité de ce continent. Mes parents ne semblaient pas déplaire à l’idée d’un futur différent que celui de fermier, mais moi, je n’étais pas certain de vouloir vraiment en découvrir plus sur ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Milad Pejman, Dashnir

avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 04/10/2016

MessageSujet: Re: Milad Pejman - Du passé au présent   Lun 7 Nov - 14:23

Valacirca – La Sainte citée


Époustoufler par ce qui l’entourait le jeune ansgard accompagné de son père fit ses premiers pas dans l’immense forteresse qu’était la citée de Valacirca. Vêtu similairement à son père de vêtement classique aux paysans, on constatait assurément une différence, la netteté de ceux-ci. Ayant pour but de rencontrer l’Arcaneum pour des tests, l’honneur était au rendez-vous en ayant fière allure.

Dit p’pa? Que crois-tu qu’ils veulent me faire faire comme test? Le garçon avait les mains dans les poches, les sourcils froncés, cherchant réponse à ses préoccupations. Choses certaines, le tout semblait faire monter son anxiété.

Ne t’en fais donc pas fiston, sans nul doute ont-ils juste te poser des questions. As moins que tu cacherais quelques choses? Le père sourit, confiant que son fils unique était honnête, voire parfois même trop honnête.

À la vérité, cela avait régulièrement occasionné des frictions avec quelques gamins de fermier voisin. Le jeune homme ayant la fâcheuse habitude de dire sans filtre, ce qu’il pensait à voix haute. Offusquant très souvent ses pairs, voir les parents de ceux-ci.

Non. Pas que je sache. Dis l’adolescent suivi d’un haussement d’épaules. Mais le sourire de son père lui permet de sortir les mains de ses poches, le rassurant en quelque sorte.

Alors qu’il continuait d’avancer avec son père, le jeune châtain perdu dans ses pensées frappa un mur. Alors qu’il titubait vers l’arrière pour retomber sur son fessier, il revint à la réalité en regardant droit devant lui, hébété.

Non, mais morveux! Tu pourrais regarder où tu vas! Se plaignit un jeune homme, bien gras celui-là.

Le père du jeune ansgard châtain s’arrêta, pour observer la réaction de son fils.

Je... Heu… Désolé… Bafouilla-t-il en baissant la tête avec honte.

Je ne regardais visiblement pas où j’allais, c’est mon erreur. J’m’excuse. Il releva alors la tête, pour faire face au jeune baquet.

Des cheveux courts, épais et entremêlés, de la couleur du jais. Quelques poils sous le nez formaient un très léger duvet de pilosité faciale. Son regard était d’un vert plutôt jade, perplexe face à notre jeune aventurier de la grande ville. Pour un adolescent sans nul doute quelques plus âgés que l’accidenté, il avait un surpoids assez probant. Alors que la moyenne des jeunes ne pouvant se nourrir correctement était plus chétive, lui était bien en chair. Ses vêtements démontraient un luxe probant, sans nul doute un résident d’une bonne famille. Le garçonnet tendit alors son bras dodu vers le jeune au sol en se penchant légèrement.

Allez… Un accident, ça arrive et tu t’es excusé! Prends le pas mal comme cela ou je vais me sentir gêné pour toi! Le petit gros offrit alors un sourire au plus jeune.

Le père ne put s’empêcher d’être à la fois soulagé de voir que, malgré sa richesse plus probante, il y avait de ses gens qui ne s’offusquaient pas pour un rien. Il reprit alors un peu sa marche.

Notre jeune ansgard prit la main du gros lard. Se laissant relever, surpris, par la force brute du jeune. S’il devait faire un bras de fer, le jeune fermier savait une chose, il perdrait.

Allez, mon garçon, nous avons rendez-vous! Ajouta le père qui commençait à avoir peur d’être en retard pour les tests et qui avançait à pas assuré.

Oh..! Heu oui..! Alors que le jeune homme commença à rattraper son père à la course, il se retourna pour s’écrier : merci! En ajoutant le bras en l’air.

L’autre jeune adolescent n’eut pas le temps de vraiment répliquer et ne put qu’ajouter un simple au revoir en voyant ceux-ci disparaître dans la foule de gens qui se baladaient dans la rue.

Finalement, le père et son garçon arrivèrent finalement devant l’immense bâtiment qui faisait office de centre d’entrainement pour les gens contribuant à l’Arcaneum. Édifice en forme de tour, notre aventurier provenant de la campagne ne put qu’avoir le souffle coupé.

C’est donc ici… Il ravala sa salive, puis afficha un fin sourire. Le poing droit frappant dans sa main gauche, le jeune homme perdit son anxiété.

Allons-y! Il me tarde de comprendre pourquoi on m’a invité!  La voix du jeune ansgard était maintenant remplie d’assurance et désireux de relever de nouveaux défis.
Revenir en haut Aller en bas
Milad Pejman, Dashnir

avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 04/10/2016

MessageSujet: Re: Milad Pejman - Du passé au présent   Lun 7 Nov - 15:38

La tour d’entrainement : Test préliminaire


Arrivé devant l’immense tour qui faisait office de centre d’entrainement et de test pour l’Arcaneum, notre jeune compagnon était resté fier. Il avança rapidement et poussa les portes accompagnées de son paternel.

Son père et lui se consultèrent alors du regard suivant une brève inspection de l’endroit. De chaque côté, une cage d’escalier parcourait la tour pour aller soit dans l’aile droite ou l’aile gauche. Au centre, un bureau d’accueil avec une jeune sylvaine blonde qui semblait tamponner des sceaux sur divers documents. Son père s’approcha donc du bureau central, missive d’invitation en main.

Pardonnez-moi ma belle dame, nous sommes attendus par... Le père ouvrit la missive et pointa le nom de l’individu en bas de document. Il fallait savoir que cet homme avait encore grandement de la difficulté avec ses lectures et malgré le mal que ma mère se donnait à lui apprendre, il s’entêtait à ne pas comprendre l’utilité de communiquer par écrit alors qu’il pouvait parler. Pourquoi se compliquer la vie avec la lecture et l’écriture?

La dame s’approcha pour bien lire le nom, ouvrant son décolleté en penchant légèrement vers celui-ci. Le jeune homme ne put s’empêcher d’y jeter un regard qui sera notifié de la secrétaire par un regard plus désapprobateur qu’approbateur. Pris sur le fait, il se redressa et fit semblant de regarder partout ailleurs, bien que se sachant pris en flagrant délit.

Oui, Monsieur Telemnar vous attend à l’étage trois de l’aile gauche. La jeune femme indiqua du doigt la bonne section.

Le père entama alors sa marche après quelques courts remerciements, alors que le jeune homme était toujours devant le bureau, il se courba l’échine un brin plusieurs fois, sans nul doute en guise d’excuse, de salutation, de remerciement ou même pour toutes ses choses à la fois et empressa le pas vers l’aile gauche.

Quelques étages plus hauts, le duo d’hommes arriva devant la section attendue. Il s’agissait d’une grande pièce, ampli d’objets alchimiques, un bureau d’évaluation et une table où généralement on inspectait les gens. Le père chercha rapidement du regard l’eladrin qui devait examiner son fils, le dénommé Telemnar.

Un homme à l’oreille pointue finit par sortir d’entre deux étagères un livre à la main pour regarder devant lui. Il referma son livre d’une main qu’il déposa sur le coin d’une des tablettes des étagères et posa son regard sur ses invités.

Je suis Telemnar. Vous devez être mon rendez-vous de l’après-midi. Le grand elfe les observait en attente d’une confirmation qui ne tarda pas d’un hochement de la tête du plus jeune des deux visiteurs.

Le grand eladrin était très mince et très grand. On aurait pu facilement croire qu’on pourrait le perdre de vue dans une forêt de petits conifères. Il avait les cheveux blond très pâle et en avait une épaisseur faible ce qui faisait croire à la transparence de ceux-ci. Son regard d’un brun noisette parcourait lentement de haut en bas, le jeune garçon auquel il semblait s’intéresser comme un prêtre pourrait s’intéresser à un jeune fidèle.

Je suis ici pour accomplir les tests offerts par les deux visiteurs à notre ferme monsieur. Je suis prêt! S’exclama le jeune maladroit.

Évidemment, tu peux donc prendre place. Dis l’elfe en désignant d’un geste long et lent de la main une chaise de pierre et le bureau de pierre qui était au centre de la pièce.

Tu me sembles particulièrement motivé. N’as-tu donc aucune crainte? S’interrogea le blond.

Pourquoi aurais-je besoin de crainte ici, face à un homme aussi large que la fourche à foin de mon père? Dis naïvement le jeune garçon.

À ses paroles, le père se passa une main au visage, découragé que le garçon sans malice ait dit réellement sa pensée. Craintif que cela n’envenime quelque peu la situation, il entre ouvrit la bouche pour prendre la défense des paroles de son jeune quand l’elfe leva une main en guise de protestation.

Un jeune garçon qui n’a pas sa langue dans sa poche et ne parle pas pour provoquer n’a pas besoin de quelconque défense. Celui-ci n’a que fait une comparaison face à mon état physique et ce qu’il connaissait. C’est une curieuse façon d’interpréter néanmoins. Dis le grand homme du plus grand sérieux. Il prit place devant le jeune garçon avec deux cristaux.

Ainsi, laisse-moi t’expliquer ce que nous allons faire afin que même les dieux en soient témoins. Voici deux cristaux qui feront office de canalisateur permettant un échange de nos émotions. Je pourrai ainsi sonder tes sentiments, ton cœur et surtout, débusquer l’énergie magique dormante en toi, voire si nous pouvons exploiter le futur talent que notre compagnon aurait cru apercevoir en toi lors de sa visite à votre ferme. L’elfe parlait visiblement en toute sincérité. Après tout, n’était-il pas connu que les eladrins ne mentent jamais? Peut-être était-ce aussi une rumeur.

Bien sûr, faites comme bon vous semble monsieur. Je suis prêt! Le jeune homme semblait déterminer et rempli d’espoir quant à ses tests, comme si son avenir ne dépendait que de cette réussie et avait par ailleurs, oublié ses craintes passées concernant un futur qu’il ne désirait peut-être pas avoir.

L’eladrin déposa alors les deux cristaux sur la table, prit la main du jeune garçon pour la poser sur un et posa la sienne sur l’autre. Les deux cristaux réagirent en synchronisme, émettant une faible lueur devant la stupéfaction du père. Le garçon ferma les yeux, comme pour se concentrer alors que l’elfe observait impassible le jeune garçon face à lui.

L’elfe émit quelques murmures dans sa langue natale. Il se parlait visiblement à lui-même et le père pu apercevoir alors les pupilles de l’homme se dilater un peu plus. Comme surpris par quelques choses.

Cet enfant pourrait accomplir énormément de choses, s’il advenait à développer son talent. Nous pourrions en faire un excellent membre de la société de l’Arcaneum en Valacirca. Dis l’elfe sur de son verdict.

Le jeune fermier alors explosa de joie sur le coup, réalisant qu’il avait réussi à impressionner l’eladrin à ne rien faire. Puis arrêtant sa joie nette, il fronça les sourcils en fixant l’homme blond clair.

Vous plaisantez, je suppose? Car je réalise qu’en fait, je vous impressionne à ne rien faire. J’imagine que vous êtes impressionnable facilement? Il se questionnait sur ce que l’elfe pouvait bien avoir déduit d’un test aussi… Facile.

Chose qui n’arrivait pas souvent, l’eladrin se mit à rire, le père du jeune garçon imita celui-ci, mais nerveusement ou comme gêner de la situation.

J’ai pu voir que tu possèdes une capacité étonnante d’énergie magique en toi. Sans nul doute es-tu née sous la bonne étoile et que les Dieux t’ont récompensé avec une énergie phénoménale. Dit-il encore une fois, en toute honnêteté.

Le jeune garçon n’y comprenait rien et restait perplexe, mais sa joie revint rapidement en constant le succès de ce premier test.

Maintenant, si tu pouvais bien te déshabiller et te coucher sur la table d’inspection là-bas, je pourrai analyser ton corps pour m’assurer que tu es assez développé pour les entraînements faits par les brigades de l’Arcaneum. Dis le grand humanoïde.

Le jeune homme avança en se déshabillant et monta sur la table, restant en caleçon. L’elfe vint ensuite illuminer ses paumes pour les passer à quelques centimètres du corps du garçon, cherchant potentielle faille de santé ou autres éléments gêneur.

Rien ne me semble inquiétant pour la suite des choses. Si tu le désires, tu pourrais être admis dès la fin de l’été à l’Arcaneum comme débutant, tu pourrais ensuite être instruit face à divers éléments de la vie en général. Évidemment, il faudra l’accord de tes parents, prenez le temps d’en discuter en famille. L’elfe hocha à ses propres propos pour conclure les tests.

Le garçon se rhabilla, avec moins d’enthousiasme cette fois. Ce qui ne tarda pas à inquiéter son père, qui remercia l’eladrin avant de quitter avec le jeune homme. Alors que le chemin du retour se faisait en silence, le père ne put s’empêcher de briser celui-ci.

Dit moi… N’es-tu pas heureux de pouvoir accéder à un futur potentiellement plus glorieux que celui de fermier? S’intrigua le plus vieux des deux.

Comme choqué par les paroles de son père, il s’arrêta en plein chemin, ce que son père imita pour en pas perdre son gamin de vue.

Il y a plus d’une chose à dire face à ses propos. Premièrement, le travail de fermier est glorieux à sa façon, puisqu’il permet à ses gens de pouvoir se nourrir à l’année sans avoir à faire le dur labeur que nous, fermier faisons. Puis, ce n’est pas que je ne suis pas heureux, mais parce que je réalise que si j’étudie en Valacirca, je serai à long terme loin de maman et toi. Il jeune serra les poings face à un choix qui pourrait être crucial et difficile.

Le père eut une larme à l’œil, fière de son jeune adolescent.

Tu ne devrais pas avoir cette crainte, car nous serons toujours là d’une façon ou d’une autre. De plus, tu me rendrais très fier de pouvoir briser cette génération d’habitants de ferme si c’est ce que tu désires. Tu es ma fierté, mon fils.

C’est sur ces paroles que le père et le fils continuèrent la route jusqu’à la chaumière accueillante dans des discussions concernant l’avenir que devait prendre le jeune aventurier.
Revenir en haut Aller en bas
Milad Pejman, Dashnir

avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 04/10/2016

MessageSujet: Re: Milad Pejman - Du passé au présent   Mer 16 Nov - 16:14

Un face à face inattendu


L’été était arrivé à son terme. Le jeune aventurier un peu à la dernière minute, avait vu sa mère faire son petit sac de voyage vers Valacirca. Suivant une discussion à son retour de ses tests par le passé, la famille avait convenu qu’il serait intéressant pour le jeune ansgard d’avoir une vie future différente.

Avec l’été où il avait fortement aidé son père à la ferme, le jeune homme avait pris de la masse, ne s’attendant pas à une éducation de tendre. Après tout, l’Arcaneum formait certes, des gens de savoir, mais aussi des combattants magiques et une bonne force physique et psychologique seraient sans nul doute nécessaire avait-il songé.

Il embrassa sa mère, salua son père d’une forte poignée de main et entrepris la route, seul. Il s’était fait un devoir d’accomplir le trajet seul pour renforcer sa conviction. Y aller avec un parent aurait pu lui permettre de changer d’idée ou de prendre peur. De plus, s’il ne pouvait se rendre seul à la grande ville, par ses propres moyens, comment pouvait-il espérer avoir un futur grandiose?

[…]

Après quelques heures sur la route, le jeune ansgard prit une pause en se posant fessier sur terre, fouillant dans son sac. Le jeune ansgard, un peu insouciant n’avait pas vraiment pris la peine de regarder ce que sa mère avait bien pu lui mettre dans sa besace. Évidemment, que l’essentiel et un peu de nourriture et de l’eau pour sa route. Au moins, il ne mourrait pas déshydraté.

Alors qu’étendu dans l’herbe, les yeux fermés pour se reposer un peu, il entendit un jeune passant s’exclamer.

Eh bien! Toujours au sol toi! Dis la voix de façon plus qu’amusée par la situation.

Ouvrant un œil, le jeune marcheur jeta un coup vers la voix qu’il semblait connaître. En effet, il reconnut alors, le petit gros croisé à Valacirca, ou plus tôt, dans lequel il avait fait une collision. Celui-ci était dans un drôle d’uniforme, reconnu comme étant celui des gardes royales de Valacirca et accompagné par deux autres personnes, l’une un peu plus vieux et l’autre, un adulte.

La dernière fois, tu as fui sans me dire ton nom! Mais ne t’en fais pas, je t’en tiendrai pas rancune et t’en ai inventé un! C’est Gale! Dis-le grassouillet dans son armure d’anneau scintillante.

Alors que le jeune membre de l’Arcaneum se relevait, il entre ouvrit la bouche.

Mon nom ce n’est pas Gale. C’est…

Il se fit couper la parole.

Peu importe! Ce n’est pas important et pour moi c’est maintenant Gale! Moi je suis Fabert Vilemare. Heureux de te connaître Gale, hein! Le petit gros gardait le sourire alors que les deux plus vieux gardaient un silence palpable en observant le paysan.

Oui, je suppose… Répondit-il incertain.

Alors, que fais-tu seul sur la route? S’intrigua alors le garde adulte.

Bonne question! rétorqua Fabert par une exclamation bien prononcée, exagérant pratiquement toute ses actions.

Pour tout vous dire, je dois me rendre à l’Arcaneum en Valacirca pour commencer ma future formation. Dit-il en hochant de la tête à ses propres propos.

Puisque nous rentrions, tu peux nous accompagner dans ce cas. Cela te fera une route moins seul. Accepta l’adulte sans vraiment attendre une confirmation du jeune ansgard.

C’est ainsi que notre jeune aventurier se fit son premier ami avec qui il discuta le trajet vers Valacirca. Apprenant ainsi, que celui-ci, bien que dans une famille aisée, tenait absolument à apporter sa touche personnelle dans Valacirca en aidant à la protection des citoyens. Il était ainsi, lui-même en formation avec la Garde Royale.

Les deux jeunes hommes, un peu plus familiers maintenant, accepteraient de se voir parfois pour parler de leur formation respective. Sans nul doute le début d’une bonne amitié.

[…]

Maintenant arrivé à l’Arcaneum, il se fit assigner sa chambre vu l’heure tardive et se fit expliquer ce qui l’attendait dans les premières semaines. Observation, découvertes et familiarisation des lieux et éléments internes.
Revenir en haut Aller en bas
Milad Pejman, Dashnir

avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 04/10/2016

MessageSujet: Re: Milad Pejman - Du passé au présent   Jeu 17 Nov - 11:35

Arcaneum : Théories et langues

Loin de s’imaginer une telle chose, cela faisait maintenant quelques semaines que notre jeune apprenti était au sein de l’Arcaneum dans le but de développer ses facultés magiques. Malheureusement pour lui, tout apprentissage commençait visiblement par une éducation plus littéraire. Assieds 8h00 par jour dans une classe, entre deux somnolences, il apprenait via divers professeur de la théorie diverse. N’étant pas du genre à se familiariser avec ses collègues, lorsque son attention était éveillée, il préférait se concentrer à apprendre un maximum afin d’un jour proche, passer à la pratique.

Les mots magiques, runes et symboles


La professeure de la classe était une vieille femme, probablement en fin de vie, parlant lentement, la cour semblait pénible pour tous les jeunes présents. Elle apprenait ainsi, les divers symboles, les diverses runes existantes et les mots magiques. Le thème de chaque cour était généralement basé sur le thème d’un élément.

Évidemment, le jeune ansgar avait beaucoup de difficulté à suivre une vieille dame aussi endormante et faisait souvent lui-même, la pratique de la somnolence éveillé. Ce serait sans équivoque le cours le plus difficile.

Les langues, premier amour


Le jeune adolescent eut tout un choc en arrivant à son premier cours de langue. Assied dans la classe, silencieusement fidèle à ses habitudes, il attendait l’arrivé du professeur. Quinze minutes passèrent, trente… Une heure… Toujours aucun signe de vie du fameux professeur de ce cours.

On dirait qu’ici, être à l’heure n’a aucune importance! S’offusqua l’une des élèves de la classe.

Si ça se trouve, ce professeur est tellement vieux, qu’il a perdu la mémoire et ne se souvient pas d’où se trouve sa classe. Ricana un jeune garçon plus loin.

Il a peut-être rendu l’âme en forçant trop à la toilette? S’interrogea un autre.

La dernière réflexion fit rire toute la classe, excepté notre jeune fermier. À ce moment, une jeune fille, adolescente entra dans la classe, un peu plus vieille que celui-ci. Le futur prodige qu’était notre aventurier haussa un sourcil. Il n’en resta pas indifférent. La jeune femme était visiblement une ansgar d’un milieu bourgeois à voir ses habits. Parlant d’habits, étant un peu plus âgée que notre jeune garçon, elle semblait développée pour sa petite taille, une poitrine assez voluptueuse. Poitrine qui était bien rangée dans un vêtement serré, englobant bien les formes aguichantes de la jeune fille. Deux boutons de son chemisier semblaient s’ouvrir entre les deux seins, ce qui donnait une impression de voir les côtés de ceux-ci. Sa chevelure rousse bouclée rappelait les couleurs de l’automne et ses taches de rousseur un côté coquette. Elle portait une jupe de type fourreau courte. D’un blanc immaculé, ses vêtements mettaient en valeur le teint de sa peau et ses cheveux.

Elle continua son avancée jusqu’à la tribune principale pour faire face à la classe. Elle porta une main sur la tribune, releva son regard vert émeraude sur l’assemblé d’étudiants.

C’est qui elle? Ce questionna un jeune garçon.

Elle est plutôt pas mal celle-là. Chuchota un autre à son voisin.

Tu as vu ses habits provocateurs? Mais qu’elle salope celle-là. Dis à mi-voix une des jeunes filles à son amie.

C’est alors que sa main posée sur la tribune se leva en l’air et se rabattit fortement sur la tribune dans un gros vacarme. Faisant sursauter et taire la classe. Même le jeune aventurier sursauta face à ce moment de brutalité de cette jeune déesse vivante.

Je suis Priscilia et serez la tutrice qui vous apprendra les diverses langues de ce monde. Je vous prierai d’être attentif et garder vos commentaires désobligeants si vous ne voulez pas terminer votre journée en statue de pierre. Dit-elle d’un ton presque tyrannique, mais en gardant son sourire charmeur.

La jeune femme à ses paroles, fit frissonner la plupart des gens de la classe, face à l’incompréhensibilité du tout. Une jeune fille de leur âge était tutrice? Mais qu’est-ce que c’était que ce bordel?

Nous allons donc commencer avec l’une des langues principales de Valacirca, l’elfique. Elle parlait en parcourant la salle du regard, voyant encore l’incompréhension dans les yeux de ses étudiants, pensant à une plaisanterie douteuse et certaine.

Elle fronça les sourcils et donna un coup supplémentaire sur le bureau, laissant quelques paroles s’échapper de sa bouche.

In Rel Ylem. Devant la stupéfaction et la terreur des étudiants présents, le bureau de bois prit une teinte de couleur semblable à la pierre. Soudainement, tous se mirent à ouvrir le livre sur l’elfique sans poser de question, de peur de se voir recevoir le même châtiment.

Satisfaite, elle posa alors son regard sur un élément de la classe.

Et toi, en plus d’ouvrir ton livre, tu pourrais au moins essuyer ton nez. Dit-elle en regardant le jeune ansgar.

C’est alors que notre jeune héros sortit de ses rêveries, secouant la tête. Il saignait du nez et avait sous son bureau, une montagne en construction. Gênée il s’essuya le nez avec ce qu’il avait sous la main, et devint rouge.

La classe à cette remarque éclata de rire, se moquant par divers commentaire de leur camarade sur sa réaction face à l’institutrice du cours.

Quant à elle, Priscilia, rougis à son tour, puis regarda le bureau devant elle, tout autant gêné lorsqu’elle réalisa pourquoi le jeune homme saignait visiblement du nez.

ON SE REPREND, COMMENÇONS À LA PAGE UN. Cria-t-elle dans la classe, en perte de contrôle visiblement face à ce moment gênant.
Revenir en haut Aller en bas
Milad Pejman, Dashnir

avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 04/10/2016

MessageSujet: Re: Milad Pejman - Du passé au présent   Mar 29 Nov - 17:34

Arcaneum : Théories, combats et éléments
La fin des tests théoriques


Après plusieurs mois de théories, notre jeune aventurier semblait de plus en plus s’ennuyer. Plus avancées que la moyenne, sa soif de connaissance l’ayant emporté, il se classait parmi les meilleurs, sans nécessairement être le meilleur. Les tests remplis, confiants, il retournait à son dortoir pour méditer comme il l’avait appris.

Il faisait la révision de sa classe pour voir qui serait les potentielles premières années en cour pratique et tentait d’imager ce qui l’attendait pour la suite. Bien qu’il n’en avait pas terminé avec la théorie, il allait enfin pouvoir faire plus de pratique que de théoriques ce qui intéressait d’avantages l’ansgar.

Soudain, on cogna à sa porte. Concentrer dans ses pensées, il sursauta un moment. Ouvrant un œil, il observa la porte comme si elle allait s’ouvrir seul.

Minable, t’es là? Indiqua la voix d’une jeune femme.

Le jeune ansgar se leva alors, nonchalant, et s’approcha de la porte. Sans doute tentait-il de rester décontracter malgré le tract qu’il subissait soudainement.

Oui, oui! J’arrive. Répondit-il. Il ouvrit la porte et fit face à la voix qu’il avait reconnue, celle de Priscilia.

Elle le regarda, les poings sur les hanches.

Tu en as mis du temps! Je voulais être la première à venir te reprocher le fait que tu avais réussi le test de ma classe, les langues. Lui dit-elle.

Me le reprocher… Mais j’ai réussi nah? répondit-il intrigué.
Oui! Mais pas avec la meilleure note imbécile! La jeune femme prit une teinte de rouge. Je croyais que tu suivais mes cours beaucoup plus au sérieux et avec attention! Tu n’iras jamais loin avec une attitude pareille. Elle gonfla ses joues, fronça les sourcils en le fixant.

Le jeune ansgar sourit alors.

Je le savais bien que tu te préoccupais de moi, mais pas à ce point, Prisc!
Il garda son sourire innocent, amusé de la situation.

En réaction, la jeune femme lui donna un bon coup sur le dessus de la tête.

Qui t’a dit que tu pouvais m’appeler ainsi!? Dit-elle sous une nouvelle teinte de rouge, déviant le regard vers la droite. Sur ce, j’ai à faire, tâche de faire mieux! Elle s’empressa presque au pas de course de quitter l’entrée du dortoir, encore choqué du surnom.

Mais quel drôle de fille pensa le jeune ansgar. Étrangement, malgré le coup douloureux, il gardait un air de satisfaction de cette visite, tout comme les précédentes où elle semblait se préoccuper un peu trop de sa situation scolaire.

[…]

Plus tard dans la journée, le jeune ansgar irait au tableau consulter les résultats, satisfait d’apprendre qu’il passerait à la suite, maintenant qu’il avait accompli ce qu’il croyait le plus difficile, la théorie.


L’art de l’autodéfense


Debout, avec ses camarades, tous les étudiants étaient rassemblés dans la grande cour centrale du bâtiment pédagogique. Tous en train de faire des étirements de base, chacun semblait anticiper ce qui allait suivre, excepté un, plus confiant lui. Notre jeune ansgar ne tarda pas à le remarquer lui aussi. Le jeune homme avait un corps d’athlète. Lui qui se comptait chanceux d’avoir pu se muscler le corps avec le milieu de la ferme, il se demandait bien quel type d’éducation son voisin, un autre ansgar avait lui reçut.

D’un pas lourd, un homme s’approcha, torse nu dans la cour. Il portait un bandana qui couvrait son crâne chauve, une immense cicatrice sur le torse qui passait de bord en bord. L’eodh d’environ six pieds se tenait devant les jeunes, un air sérieux et meurtrier. Les jeunes tombèrent alors dans le silence, inquiet de la suite. Sa musculature révélait sans nul doute une puissance destructrice dans les poings et les jambes de ce géant. Soudainement, il ouvrit la bouche et d’un ton autoritaire prit la parole.

Bon matin bande de petit bouseux, je suis Bejmnor et je serai celui qui devra vous apprendre à vous battre avec votre corps pour faire changement. Je remarque que vous êtes majoritairement une bande de molettes, il faudra muscler ce corps frêle bandé de morveux. Sachez que c’est une base qui vous sera forte utile si vous veniez qu’à manquer d’énergie et que vous vous retrouviez dans une situation précaire.

Le colosse regarda alors les jeunes qui semblaient soit terrorisés ou totalement insultés. Puis, pour la première fois, il eut un sourire. Notre jeune magicien en devenir eut alors une crainte, qu’arriverait-il si l’art du combat ne voulait pas rentrer dans sa tête?

Bejmnor était connu pour les nombreux tournois de combats qu’il avait remportés grâce à ses techniques de Muay-Thaï. Certain racontait même que ses coups de pieds et ses coups de poing devenaient en feu et pouvait occasionner des dégâts supplémentaires à ses adversaires. Il était surnommé le Flamboyant Frappeur.

BIEN! Dit-il en frappant d’un poing dans son autre main dans un claquement puissant. Vous allez me courir cinq kilomètres immédiatement, soit 64 tours de cour!

Le ton autoritaire du monstre n’en prit pas plus pour persuader tous les jeunes qui se mirent à courir le terrain.

[…]

Tous les jeunes ayant terminé leur parcours, en sueur et épuisé, ceux-ci gisaient au sol, soufflant rapidement et fortement. Aucun d’entre eux, sauf un, ne semblait s’être attendu à un tel traitement la première journée. Satisfait, le colosse d’eodh les regardait et dit à voix haute.

Je suis content de voir que vous n’êtes pas aussi mauviette que ce que j’aurais pu croire! Prenez encore deux minutes de repos et d’hydratation, car ensuite, j’évaluerai vos compétences aux combats de façon plus concrète!

Ce n’était qu’un échauffement!? S’exclama l’un des jeunes surpris.

Si tu ne peux en prendre plus, je te conseille de quitter ce centre d’entrainement, car tu n’iras jamais très loin petit culotté! Grogna le géant, ce qui convainquit le jeune à grande gueule de se taire.

Le temps de repos passé, le géant eodh décroisa ses bras musclés et désigna les premiers combattants à se présenter du doigt. Le jeune ansgar fermé se leva et croisa le regard de son premier adversaire, l’autre ansgar. Étrangement, on pouvait sentir le calme chez son adversaire alors que le jeune héros ne semblait pas confortable du tout.

Ils se placèrent alors un en face de l’autre à une certaine distance. L’un prit directement une position défensive alors que le premier était droit, visiblement sans aucune connaissance. Le géant qui les avaient désignés premier émis un grognement.

Fichtre! Aucune politesse, le premier se met en position de combat et l’autre droit comme un bâton métallique. C’est quoi ses manières!? L’eodh s’était alors emporté.

Vous allez faire cela proprement! RÉVÉRENCE en guise de salutation et de politesse bande de merdeux! Les yeux du géant s’imbibaient de sang.

À contrecœur visible, le jeune qui semblait savoir se battre s’exécuta en serrant les dents alors que notre jeune fermier l’imita sans trop savoir quoi faire pour la suite.

Bien! COMMENCER! Gueula le géant du nord.

À ses paroles, rapide et énergique, le jeune prodige du combat chargea directement notre fermier. À peine il réalisait que l’autre jeune arrivait sur lui, qu’il n’eut que pour réflexe de croiser ses bras devant son visage. Ayant anticipé cette défense, l’adversaire propulsa un coup de paume au ventre. Le souffle court face à ce coup sur la cage thoracique, il baissa sa garde de son visage, ce qui permet au jeune de venir flanquer une droite sur le côté de la tête du campagnard.

Il perdit alors l’équilibre, tempe atteinte, puis s’écroula au sol. Alors qu’il allait se relever, le jeune entreprit de venir flanquer un coup de pied au ventre du jeune. Dans le but de se défendre, il roula sur lui-même pour esquiver le coup et se relever. Alors qu’il était presque debout totalement, le jeune arrivait à pleine vitesse poing en l’air.

À ce moment, l’habitué des fermes tenta une esquive sur le côté contraire du coup afin de faire face à son agresseur. Esquivant avec succès, il vint faire un croche-pied en bougeant sur le côté. Le jeune prit alors la poussière en perdant l’équilibre. Le jeune ansgar bien plus bâti qu’il l’était se releva. Il prit un moment de respiration alors que notre jeune mage reculait lentement analysant finalement son adversaire.

Il portait un chandail modeste, avait une très petite couette à l’arrière de la tête. Ses cheveux d’un noir charbon étaient dépeignés par la récente chute et les mouvements brusques, tous ne tenait pas sous le seul cordon qui servait à les attacher. Nue pied, il semblait ne porter aucune attention particulière à la dureté du sol. Soudain, il se mit à faire des mouvements lents devant lui, faisant lentement un geste circulaire des bras. Ensuite, vient à ramener à lui ses deux bras à sa taille. Tous purent avoir l’impression d’une accumulation d’énergie dans le corps du jeune pugiliste. Il chargea.

Tentant d’anticiper le coup de son adversaire, le jeune de la campagne chargea à son tour l’ennemi dans le but de lui faire front au lieu d’esquiver à reculons. Malheureusement, le coup de poing que viendrait porter son adversaire lui donnerait une décharge énergique, il était paralysé sous le coup. Profitant que sa technique avait fonctionné, le jeune opposant une puissance offensive de plusieurs coups, suivant de celle-ci, une fois l’effet paralytique passé, l’écroulement de notre fermier.

La victoire revient à Julius Mesiter! Déclara l’instituteur de combat.

[…]

Notre jeune ansgar se réveilla alors à l’infirmerie, étrangement, la plupart de ses douleurs ne semblait plus présente, mais la couleur de ses bleus elle, persistait. Dans une légère plainte de douleur, il se redressa pour s’apercevoir qu’il faisait nuit. Une note trainait sur ses jambes. Haussant un sourcil, il s’empara de la lettre.

Citation :
« Minable! Tu devras faire bien mieux la prochaine fois si tu veux devenir comme tu me l’as dit par le passé, le meilleur. Après une raclée pareille, tu auras longtemps à te rétablir, j’ai donc profité de la magie naturelle pour soutenir l’infirmière et ses soins arcaniques. Considère cela comme de la chance pour cette fois!

Priscilia. »

Il eut un léger sourire, car malgré la défaite, il savait qu’il aurait moyen de progresser avec des adversaires pareils. Rien ne l’empêcherait d’atteindre son objectif, progressé le plus rapidement possible.


Le choix élémentaire


Comme dans la plupart des catégories, les gens doivent faire des choix et dans la magie, ça ne fait pas défaut. Il existe plusieurs affinités selon la personnalité à la magie, une magie naturelle, flamboyante, électrisante, glaciale ou voir plus obscur. Parfois, de rares individus réussissent avec talent à se multi classer en maitrisant par exemple, la foudre et le feu.

C’est donc le lendemain de sa cour physique que le jeune ansgar se rendit à ce test analytique concernant le type de magie qu’il pouvait bien avoir en affinité. Il y croisa, évidemment son rival de la veille, Julius, qui ne semblait pas porter trop attention à notre fermier. Il décida donc, d’en faire de même et ignora se dernier dans le silence.

Il prit alors place dans la nouvelle classe, bien que différente, car composer de plusieurs cercles représentant différentes magies. Des runes parcouraient chaque mur, la classe avait un drôle d’aspect. Les bureaux et les chaises avaient été troqués par des coussins ici et là, sans doute pour faciliter la canalisation via la méditation.

Alors que le professeur semblait en retard d’une demi-heure, le tout avait de plus en plus un air de déjà-vu. Soudain, la porte s’ouvrir, la jeune rouquine bouclée. Le jeune fermier eut un petit sourire amusé, car cette institutrice qui était dans la même catégorie d’âge qu’eux était toujours en retard. Sans commentaire de la part de la classe, la jeune rouquine vint s’asseoir avec eux, étirant sa jupe pour ne pas trop en laisser paraître. Sa tenue était beaucoup moins provocante que lors de la première fois, un chandail à col et une jupe assez longue.

Bien, que le cours commence! Dit-elle en levant un doigt et fit son fin sourire.

Elle sortit de son sac, plusieurs flacons avec un liquide et les offrit aux étudiants, tous plus curieux les uns que les autres.

Mais qu’est-ce qui peut bien être dans ce truc? S’inquiéta l’un.

J’espère qu’on ne doit pas boire ce truc, ça m’a l’air plutôt visqueux! Dit l’une d’entre eux de façon dégoûtée. Il est certain que je vais vomir, beeerk!

Comme si tu n’avais pas avalé des trucs visqueux plus étranges que cela! Ce moqua un autre garçon.

Alors que le débat s’annonçait sur le contenu, la jeune institutrice les ramena à l’ordre en leur rappelant la menace autre fois faite.

Vous devrez en réalité, laisser tomber une goutte de sang dans le flacon qui réagira immédiatement à votre tempérament. Si vous avez une tendance plus vers la magie naturelle, le contenu deviendra une mousse végétale. Cela voudra dire que vous avez une empathie assez importante et que vous percevez très bien les sensations. C’est une magie moins offensive, mais il ne faut pas non plus la prendre à la légère. La nature peut être imprévisible. Très gestuelle de nature, elle leva un doigt en l’air en poursuivant. Si votre affinité est plus avec un des éléments principaux des arcanes, vous aurez une réaction différente. On put alors presque voir des étoiles dans les yeux de la jeune magicienne. Par exemple, si vous avez une affinité avec le feu, le contenu du flacon s’enflammera d’une flamme adaptée à votre tempérament et votre énergie. Cela veut aussi dire que vous êtes quelqu’un de très réactif, une personnalité possiblement plus allumée et avec un tempérament impatient.

Puis, elle reprit un air plus neutre face à la suite.

Vous pouvez avoir une affinité à la glace, le contenu se gèlera complètement. Cela décrit donc du même fait, une personnalité plus neutre, détachée de ce qui l’entoure et donc plus posée, voir réfléchit que son contraire, le feu. Vous avez aussi l’affinité à l’énergie plus disons-le, électrisante. Similairement au feu, c’est, car vous avez possiblement une personne ayant besoin de bouger, plus offensive, moins de patience acquise et qui consomme énormément d’énergie dans une journée. Puis elle prit un air plus sombre pour la suite. Pour les autres résultats, vous avez deux choix, soit que le contenu deviendra verdâtre, noir… Nous vous attribuerons donc une nouvelle magie en développement, le mysticisme. Elle tut alors quelconque trait relié à cette magie. Si votre contenu ne change pas, c’est que votre énergie magique vous servira beaucoup plus dans la maitrise de vos techniques de combats, la magie dite divine, le bushido ou même des techniques diverses liés à l’utilisation de cette énergie. Il se peut aussi, dans de rares occasions d’une explosion se fasse dans le flacon et que son énergie soit incontrôlable, c’est que vous avez plusieurs aptitudes possibles et un talent indéniable, mais je n’ai jamais vu cela arrivé dans cette classe!

Elle tapa ses deux mains ensemble, puis sourit.

Prenez le couteau et vous pouvez vous entailler légèrement le doigt et commencer le test!

Les étudiants s’observèrent les uns après les autres et commencèrent le test. Le jeune ansgar pris alors le coupe papier et s’entailla le doigt, il ferma les yeux un moment, pris une grande inspiration et laissa la goute tomber dans le flacon. Il espérait tout au fond de lui qu’une explosion ferait surface, confirmant la puissance dont avaient parlé les premiers inspecteurs lors de la visite. Après un moment où nul bruit ne semblait distinct ou semblable à une explosion, il ouvrit les yeux.

La première chose qu’il verrait était le regard courroucé de Priscilia, les joues gonflées en le fixant avec intensité. Intimidé, il baissa le regard pour y échapper pour constater le contenu de son flacon, en feu.

On dirait que tu espérais autre chose! Mais ne va pas te plaindre, le feu est un excellent allié et un très bon élément! Lui reprocha la jeune femme. Tu devrais t’estimer heureux!

Puis elle observa le reste de sa classe, poussant un soupir de soulagement. Curieux alors, le jeune fermier se retourna pour observer le contenu du flacon de Julius, celui-ci n’avait eu aucun changement, comme celui-ci semblait s’en douter.

La fin de premier cours sonna, tous repartir vers leur dortoir avec un nouveau livre, en lien avec la nature de leur magie et un sort de premier niveau à tenter, ainsi que la liste des ingrédients nécessaire à son accomplissement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Milad Pejman - Du passé au présent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Milad Pejman - Du passé au présent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Accord participe passé
» Règles d'accord du participe passé avec être /avoir
» N'oublie pas les chevaux écumants du passé
» Les prépa : vous y êtes passés ?
» comment t'as passé ton conours a l'ena?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres Mystiques UO :: Rôliste :: Histoire des personnages-
Sauter vers: